Charte Ethique


Aux fondements du projet thérapeutique de l'institution, préalablement aux méthodes et moyens mis en œuvre pour réaliser celui-ci, y compris dans sa diversité éventuelle et relative, il convient d'expliciter les références éthiques qui engagent et lient l'ensemble des personnes prenant part à ce projet, quelle que soit leur spécificité professionnelle.

  1. Le projet thérapeutique s'adresse toujours et d'abord à un patient-sujet avec lequel s'engage un dialogue original et singulier où chacun est partenaire de la relation et où les choix propres du sujet sont respectés a priori.
    Dans cette perspective, si la maladie psychique peut être comprise comme pathologie de la liberté, celle-ci sera toujours posée comme une visée idéale.
    Son éventuelle privation ne sera jamais que radicalement provisoire en son principe.
    Commentaire
    L'orientation éthique est donc clairement  "personnaliste".  Elle privilégie la personne dans sa subjectivité individuelle.  Celle-ci prend le pas sur les  considérations collectives, groupales ou sociales ...

  2. La santé mentale d'une personne ne se réduit pas à l'absence de trouble psychiatrique.  Elle englobe plus fondamentalement une certaine qualité de vie intérieure, relationnelle et sociale, propre à chaque individu et à son contexte.
    Commentaire :
    Réciproquement, les troubles psychiques ne sont pas à considérer a priori comme un "déficit", un "en moins" de la personne.  Par exemple, un délire est souvent la seule construction psychique possible pour un sujet.  Il doit donc être pris comme tel ...

  3. Il en découle que le travail thérapeutique porte attention à la personne dans la globalité de ses dimensions somatiques, psychiques, familiales, culturelles, religieuses et sociales.  La pathologie ne se limite pas à son "expression symptomatique".

  4. Le patient est d'abord considéré comme sujet de sa démarche.  On favorisera donc l'expression de sa demande, de sa responsabilité et de son autonomie.
    Sa dynamique intra psychique (consciente et inconsciente, affective et cognitive) demeure en toutes circonstances au premier plan de l'abord thérapeutique sans que jamais soient méconnues ses dimensions biologiques, familiales et sociales.
    La parole et le langage demeurent donc le champ privilégié de signification dans lequel doivent être reprises les autres dimensions.
    Les interdits fondamentaux (inceste - meurtre) structurent et définissent à tous moments les règles du champ relationnel (transférentiel - contre-transférentiel) avec les patients et les divers intervenants aussi bien.
    A cet égard, la fonction éducatrice des soignants, nécessairement présente de façon plus spécifique avec les adolescents et les enfants, s'inspirera des mêmes principes et interdits tout en reconnaissant aux productions langagières et gestuelles de ces patients une valeur signifiante, riche de sens, constitutive des sujets.
    Commentaire :
    Ceci implique que les "techniques" thérapeutiques psychiatriques non exclusivement verbales, seront  abordées avec beaucoup de prudence.
    Les techniques de conditionnement et les manipulations corporelles, quelles qu'elles soient, lorsqu'elles sont proposées à titre "d'objectif thérapeutique" ne sont pas acceptables.
    Les termes d'inceste et de meurtre sont à entendre ici dans leur dimension essentiellement symbolique.  En pratique quotidienne cela se traduit par l'exclusion de toute promiscuité et de toute violence physiques.

  5. Le travail thérapeutique, en institution est multidisciplinaire, au minimum par une concertation attentive entre les divers intervenants.
    Cette multidisciplinarité ne signifie cependant en aucun cas la dispersion des responsabilités. 
    Chacun en effet doit en répondre, de sa place singulière et spécifique.

  6. Le projet thérapeutique de l'institution ne peut se limiter ni à des murs ni au temps de séjour du patient. 
    Il prend en compte, notamment dans une visée de prévention, le devenir de celui-ci.  Il s'inscrit donc dans un "réseau" d'intervention en s'appuyant sur ses ressources positives et celles de ses proches, en renonçant cependant à toute position intrusive ou totalisante à son égard.

  7. Toute expérimentation ou recherche doit s'inscrire dans un protocole soumis pour accord au Conseil d'Ethique de l'institution. 
    Celui-ci doit procurer à la réflexion éthique et critique un espace d'autonomie à l'intérieur de l'institution, indispensable au développement de celle-ci.
    Chacun, à son niveau propre, accepte la confrontation scientifique et l'évaluation de ses pratiques.
    Commentaire :
    Ceci implique une mise en question personnelle de la part des intervenants, à la fois sur un plan individuel et sur celui, collectif, de l'équipe thérapeutique.
    Il exige un esprit d'ouverture et de recherche où la formation continue prend une part essentielle dans la créativité de chacun.



Le Conseil d’Administration
d’EPSYLON asbl




*    Cette charte a été écrite, à l’origine, par les médecins chefs de la Clinique La Ramée en 1996 au moment de la création du Groupe Hospitalier La Ramée – Fond’Roy.
Ultérieurement, il leur a paru nécessaire que ce texte devienne une référence dans laquelle s’engage le pouvoir organisateur (le Conseil d’Administration) de la nouvelle asbl EPSYLON.